jeudi 9 juin 2016

XXVI. si Michel avait su

Comme chaque année, le 9 juin est la Journée Internationale des Archives. L’occasion pour le Fonds d’Archives framerisoises Blogsquetia-Huart de dresser un petit bilan. 

Depuis l'ouverture des cartons début 2014 (lire ici), les archives d'origine ont été, pour un bon tiers, dépouillées, triées, retraitées, reclassées, et protégées. Elles concernent la vie framerisoise et couvrent principalement la seconde moitié du XXème siècle, sans oublier quelques belles pièces parfaitement conservées datées de la fin du XIXème et quelques cartons pas encore explorés concernant le Borinage et Mons.
Le FAfBH, loin d’être resté statique, a entrepris de collecter de nouvelles archives, de nouveaux documents – allant jusqu’à exploiter de nouveaux supports comme des interviews vidéos/audios.
Quant au site du FAfBH, remanié il y a peu, il a reçu, depuis sa création en févier 2014, plus de 11.500 visiteurs, dans l’ordre quantitatif : belges, américains, français, anglais. Le FAfBH a également servi à de très nombreuses reprises de point d’appui au blog communal de Frameries (« Blogsquetia ») qui, avec ses 20.000 visiteurs / mois de moyenne, reste le premier média framerisois. 

Malgré l’échec de la Vitrine des Archives (lire ici) projetée en juillet 2014 (par ailleurs dû exclusivement à l’inertie de l’administration communale), le FAfBH, à l’avenir, espère bien continuer à montrer, démontrer, raconter, et argumenter le passé de Frameries, pour éclairer et désamorcer l’interprétation du présent, et aussi contribuer à alimenter une certaine vision de l’avenir.

Des projets, il y en a : poursuite de la campagne de photos avant/après (voir ici), un travail documentaire sur les établissement Carmon (en cours), l'écriture et l'illustration de « dossiers » (voir ici), la création de liens avec d’autres porteurs d’archives framerisois, l’association avec Les Boudineux (cercle de crossage de La Bouverie) en vue de remettre en évidence les jeux traditionnels, et l'exposition, en août 2016, à l’occasion de la Ducasse des Mignons, d’archives concernant La Bouverie…
La preuve, s’il en fallait, que les archives ne sont pas, loin de là, des « objets morts », mais, au contraire, le vecteur concret de l’esprit framerisois, intemporel et éternel.

Enfin, durant le second semestre 2016, le FAfBh sera intégré dans un projet plus vaste de conservation et de démonstration des archives de Frameries. Mais ça, chhuuut, c'est encore en gestation.

Le titre de cet article, "si Michel avait su" fait référence à Michel Huart, qui se mit un jour en devoir d'entasser des documents, des photos, des objets. Son envie était de monter, un jour, un musée, afin que chacun puisse connaître et reconnaître le passé de Frameries. La mort l'emporta trop tôt. 
Il ne saura jamais que son musée verrait en quelque sorte le jour en 2014, grâce à la clairvoyance de sa femme, Maria Levante, la passion et la volonté d'un citoyen, Stephen Vincke, et à la magie d'un réseau appelé Internet...