jeudi 4 août 2016

XXVII. Maryse & Maryse : mémoire(s) de Frameries


Un Fonds, par définition, est une entreprise statique. Un Fonds est immuable. Il ne peut ni varier sa structure, ni y ajouter (ou en retrancher) des éléments. Par passion pour Frameries, par la nécessité de poursuivre la collecte du passé, une superstructure voit le jour, intégrant le FAFBH (dorénavant intitulé FAbBH: Fonds d'Archives bouverisous Blogsquetia-Huart). Appelée "Mémoire(s) de Frameries", cette structure, inféodée à l'asbl Cherchenoises a pour objectif de collecter la mémoire du temps passé, aussi bien à travers les documents (photos...) que par le biais du témoignage oral.

Maryse Dupont (sur la photo) et Maryse Havaux ont toutes les deux pris contact avec Mémoire(s) de Frameries. La première pour rapporter l'épopée de la fabrique de chaussures de ses aïeux (les chaussures Dupont, dont les locaux se trouvaient en face de la Fabrique de théâtre) et la seconde pour ...raconter l'épopée de la fabrique de chaussures de ses aïeux (cette fois à Eugies). Quelle curiosité de se trouver devant deux personnes portant le même prénom, et amenant des histoires comportant de nombreuses similitudes.

Maryse me reçoit dans son appartement, à la chaussée du Roeulx. Quant à Maryse, c'est attablé Chez Louise que nous échangeons (devant une bonne tasse de café). Les documents photographiques sont de toute beauté - je les scannerai par la suite. Les histoires sont fascinantes, passionnantes - elles éclairent l'histoire de Frameries en apportant chacune une part nouvelle. Chaque souvenir en éveille un autre. Il y a tant de visages sur les photos, de prénoms, de personnes à mettre en perspective...

Maryse & Maryse, en déposant une partie de leur passé dans le récipient de "Mémoires de Frameries", mettent consciemment en épargne la mémoire de leur famille, comme on place un bien précieux à la banque.